Ashia de Françoise Ellong

Depuis la mort de sa mère Jessie survenue lors d’un accident de voiture dans laquelle se trouvait ses deux parents, Mouna, 10 ans, ne dis plus “Papa” et appelle désormais son père par son prénom. Psychologue pour enfants, Richard est dans l’incapacité de soigner sa propre fille et décide de la confier à son meilleur ami et collègue Francis, qui a vu grandir Mouna et la considère comme sa propre fille. S’ensuit un huis-clos inattendu entre le psychologue et la petite fille, mais également Ashia, la poupée dont Mouna ne se sépare presque jamais …

 

Biographie

Le 8 Février 1988, Françoise Ellong naît dans la ville de Douala au Cameroun. Dès lors qu’elle apprend à écrire, son sens de l’imagination se révèle peu à peu à sa famille. A 11 ans, elle arrive dans la petite ville de Brunoy en France où elle vit avec son oncle. C’est dans ce nouveau chez elle, qu’elle écrit sa première histoire et surprend son entourage de mains liées, bras arrachés et de monstres dans les placards ou sous le lit. A partir de 2003, elle participe au concours du Prix du Jeune Ecrivain Francophone. Les critiques et conseils du jury lui ont apporté plus de maturité et lui ont ouvert une porte vers un domaine qu’elle n’avait pas encore abordé : le scénario. En effet, ses capacités à imager et à faire ressentir l’atmosphère de ses histoires à ses lecteurs a été remarqué par ce jury du Prix du Jeune Ecrivain Francophone qui la redirige alors  vers le scénario. Trois ans plus tard, tout en poursuivant ses études en Information et Communication, l’année 2006 devient celle de ses premiers pas en tant que scénariste mais également réalisatrice. Elle réalise alors « LES COLOCS », un moyen métrage expérimental qu’elle qualifie souvent de coup d’essai. En 2007, son premier court-métrage de genre « DADE » voit le jour, tourné dans la Ferme du Vieux Château à Vanlay dans l’Aube. Le projet a été une collaboration basée sous le signe de la confiance, entre la société de production HDCI Productions et Françoise Ellong. La jeune réalisatrice sortira alors de cette expérience plus déterminée que jamais à nourrir et à enrichir sa passion pour le Cinéma. Cependant, elle n’arrête pas pour autant son premier désir d’écriture et décide de transformer sa nouvelle « Journal Intime d’un Meurtrier » en roman, qui sera édité l’année suivante. L’aventure cinématographique continue en 2008, avec la réalisation de « MISERIA », son second court-métrage de genre produit par le jeune producteur Faress Zakariya, qui soutiendra jusqu’aujourd’hui tous ses projets. Françoise parlera beaucoup de ce film, comme étant une expérience éprouvante mais également une belle leçon de vie pour tenir bon et ne jamais abandonner. En effet, le tournage se déroulera dans des conditions extrêmes, mais entourée d’une équipe solide et d’acteurs professionnels et patients, elle ira jusqu’au bout et sortira son film la même année. 


Prix Sethemba "Espoir"

Mention spéciale

Prix Droits et libertés fondamentaux

Mention spéciale